Aloha Logo
Menu

Pierre Le Coq, Parrain de La Torche Windsurf 2016

Publié le : 16/09/2016 Tags : la torche | Categories : Actus

Pierre Le Coq, médaillé de Bronze aux jeux Olympiques de Rio est le parrain de "La Torche Windsurf 2016"

On a profité de son passage à nos bureaux pour l’interviewer.


ITW

C.Boutet : Pierre, tu nous rejoins dans l’aventure La Torche Windsurf en tant que Parrain, comment as-tu perçu ma proposition ? Et qu’est-ce que cet événement t’évoque ?

P.Le Coq : Quand tu m’as appelé avant les jeux j’étais hyper surpris de ta demande parce que en planche olympique on est toujours à côté du circuit funboard, même si on se connait bien, on est pas sur le même circuit alors j’étais hyper fier de ta proposition de pouvoir être l’un des parrains de l’événement.

La Torche Windsurf fait rêver tout le monde ! J’y étais il y a deux ans, en 2014 et l’évènement était incroyable.  J’avais même pris une claque de voir l’engouement du public autour de cet évènement !

Alors de parrainer un évènement aussi populaire, ça me fait forcement plaisir surtout en Bretagne ! En plus, ça va être l’occasion de retrouver tous les copains du funboard que l’on ne voit pas très souvent. J’espère que les conditions seront au rendez-vous, et que çà sera un très bel évènement comme en 2014.

C.Boutet : Un mois après les jeux, tu redescends un petit peu ? Tu as le temps de naviguer, de profiter ?

Pas mal de sollicitations en effet, je commence tout juste à mettre le pied dans l’eau, ça fait du bien, il va bien falloir arrêter les petits fours à un moment donné !

Et aujourd’hui justement on va aller tester le spot de la Torche, y’a de belles conditions !

C’est vrai que faire une préparation Olympique implique des sacrifices, et notamment de ne pas pouvoir aller jouer dans les vagues trop souvent avec les copains. Mais là je vais pouvoir retourner naviguer avec eux en vague, en slalom, et en foil…

Mais bon, c’est là aussi que tu savoures tout le travail qui a été fait et la récompense de la médaille. Et puis de pouvoir aussi fêter çà avec tous les gens qui étaient à distance c’est top.  On se rend compte en arrivant aussi de l’engouement qu’il y a pour la voile et la planche dans notre région.

C.Boutet : Je vous connait depuis des années, tous les membres de l’équipe de France, vous êtes des waterman : surfer, kitersurfer, vous faites du foil, de la vagues,du slalom etc

Je crois que c’est important que le grand public comprenne que vous êtes des athlètes de haut niveau avec des qualités physiques proches des Triathlètes mais vous êtes avant tout des waterman non ? Toi tu fais à peu près tout non ?

PL : Je pense que pour être un bon planchiste il faut savoir tout faire !  J’ai commencé la planche sur un vieux funboard des années 80, c’est important de savoir naviguer sur tous les types de supports, sur des supports qui demandent plus d’agilité. Depuis tout jeune je fais beaucoup de funboard, vague ou freestyle. Il y a beaucoup de parallèles à faire avec la planche Olympique–même si elle est très différente- il faut aussi avoir pas mal d’agilité et ça se sont des réflexes que l’on obtient sur des petites planches.

Et moi je fais de la planche pour le plaisir de la glisse et l’adrénaline que ça procure. J’aime l’adrénaline de la régate, c’est ce que j’ai trouvé avec la RSX, mais après il y a l’adrénaline pure que tu peux retrouver dans les vagues, que ce soit en surf, en kite…

Dès que j’ai un temps libre, je n’hésite pas à prendre la voiture et partir profiter dans le coin des spots que l’on a ici, où on est gavé de vent ou de vagues parce que l’on a une région qui nous offre tout. J’en profite le plus possible, et c’est évidemment complémentaire, avec l’activité physique et des réflexes que l’on n’a pas forcement.

Et puis il y a le foil que j’ai découvert il y a deux ans. C’est aussi une autre facette de la planche à voile, avec de la finesse de navigation, des réglages et des appuis qui changent etc qui sont complémentaires pour l’olympisme, où l’on doit être polyvalent parce qu’on navigue de 5 à 30 nœuds et il faut savoir tout faire.

C.Boutet : Le public pourra te voir sur le site de la torche –notamment pendant les cérémonies d’ouverture et de clôture- mais aussi de manière plus festive pour fêter ta médaille ! Et si tu veux venir bagarrer en slalom sur la torche, on veut bien t’accueillir aussi sur le plan d’eau !

On se voit du 22 au 30 octobre,

P.L : On se voit le 22 sur la ligne de départ peut-être alors !

News
News
News
Events
News
Training